societaires.caisse-epargne.fr - Quand les banquiers se font « missionnaires »

Quand les banquiers se font « missionnaires »

C’est le titre d’un article paru dans L’AGEHI Hebdo du 15 novembre 2018. Magazine économique qui a pour vocation de décrypter l’actualité Financière, il met à l’honneur dans ce numéro les actions des banques pour l’éducation financières dans le cadre de leur RSE. Sont cités, entre autres, dans cet article, notre partenaire Finance et Pédagogie et l’un des salariés détachés de la Caisse d’Epargne Bretagne Pays de Loire qui travaille en tant que formateur auprès de public défavorisé pour le compte de cette association.

27 article AGEFI

Le magazine parle dans cet article des salariés de banques et d’organismes Financiers qui se sont engagés dans l’éducation financière, comme bénévoles ou dans le cadre d’un mécénat de compétences auprès d’associations travaillant sur ce sujet.

Jean-Marc Frangeul est l’un d’eux, salariés détachés de la Caisse d’Epargne Bretagne Pays de Loire auprès de l’association Finances et Pédagogie depuis 2013. Il apporte, dans cet article son témoignage, sur son action dans l’éducation financière auprès de publics ayant des lacunes sur les questions financières et économiques.

« Je ne m’attendais pas à côtoyer une telle diversité de publics » dit-il. « J’ai rejoint ce poste après trente ans de carrière dans le réseau bancaire (Caisse d’Epargne Bretagne Pays de Loire) auprès d’un public de professionnels. C’est extraordinaire je ne, m’attendais pas à côtoyer une telle diversité de publics: des salariés en insertion, des travailleurs sociaux, des créateurs d’entreprise, des collégiens, lycéens, étudiants…J’anime environ180 interventions par an dans les quatre départements bretons, c’est un travail à plein temps !

Mes interventions sont très diverses: sensibiliser les collégiens est les lycéens à la création d’entreprise animer des ateliers sur ces sujets avec des étudiants. J’interviens aussi beaucoup sur la question du budget familial, dans les maisons familiales rurales, dans les chantiers d’insertion. En France, nous sommes très en retard en matière d’éducation financière. Les jeunes n’ont pas assez de connaissances budgétaires pour gérer leur premier salaire, la plupart des personnes en difficulté ne connaissent pas la notion de reste à vivre... Le métier est passionnant, il n’y a pas deux interventions qui se ressemblent et la thématique de l’argent est large. Ce travail a une vraie utilité. Certains publics arrivent à reculons aux interventions, car cela les renvoie à leurs difficultés financières, mais j’ai souvent des remerciements à la fin. »

 

Retrouvé l’intégralité de cette article sur le site de l’AGEFI : https://www.agefihebdo.fr